Journal du voyage en INDE du 3 au 17 février 2019 « L’Inde du Sud »

Jour 1 :

 

Notre aventure commence le dimanche 3 février à l’aéroport de Nice, malgré quelques frayeurs à propos des visas, nous parvenons à embarquer dans l’Airbus A380 à destination de Dubaï. Notre courte escale dans la capitale de la démesure a permis à certains de goûter aux spécialités locales de chez Macdonald’s (car les sandwichs ne sont pas les mêmes) et de dévaliser les nombreuses boutiques luxueuses (… ok, seulement du regard…). Enfin, nous embarquons dans l’avion à destination de ce lieu tant attendu : l’Inde.

Arrivé à l’aéroport de Chennai, notre chère guide Vaï ainsi qu’un bus nous attendent pour nous conduire à notre première visite : un village musée dans lequel nous avons pris notre premier déjeuner indien. Nous avons expérimenté le fait de manger le riz avec les mains. Suite à cela nous nous sommes rendus à notre premier hôtel : Sea breeze à Mahabalipuram, cet hôtel se trouve au bord d’une magnifique plage de sable du Golfe du Bengale.

Un temps calme nous est ensuite  accordé durant lequel certains en profitent pour se reposer et d’autres succombent au charme de la piscine de l’hôtel. Ce qui nous rafraîchi bien avant les visites des monuments. En effet, nous avons troqué les doudounes et les écharpes de Marseille pour des t-shirts et des nus-pieds car la température tourne autour des 30 degrés! Nous avons donc pu visiter des monuments classés au patrimoine mondial de l’UNESCO. Pour finir notre première journée sur les terres du Tamil Nadu, nous dînons dans un village de pêcheurs, reconstruit après le tsunami de 2004 chez une famille qui fait table d’hôte.

Nous sommes très bien reçus et mangeons très bien. Une bonne nuit de sommeil s’impose pour la journée de demain que nous passerons à Pondichéry.

 

Texte : Emilie Fouassier


Jour 2 :

Aujourd’hui, nous avons pris notre petit-déjeuner sur le bord du Golfe du Bengale. La vue était magnifique. Certains ont profité du départ tardif pour pouvoir aller se baigner à la piscine. Nous sommes ensuite partis pour 2h de bus vers Pondichery, à 100km de Mahabalipuram. Une fois arrivés nous sommes allés visiter le Ashram de Sri Aurobindo – fondateur du centre spirituel et de la bien connue cité idéale d’Auroville – et la basilique du Sacré Cœur.

Nous sommes montés dans des cyclo-rickshaw et nous avons fait le tour de la ville.  Nous nous sommes arrêtés pour marcher et avons vu  l’emblème de Pondichery : Ayi Mandata. Nous sommes ensuite allés manger au restaurant de l’hôtel. Nous avons pu goûter des masala dosa, une crêpe de riz et de soja avec une garniture à base de pomme de terre et de cury. Nous sommes ensuite montés dans les chambres et avons pu nous reposer un peu.

Vers 16h30, nous nous sommes tous retrouvés dans le hall de l’hôtel, on s’est mis en groupe de 3 et de 4 et on nous a distribué une carte de la ville avec des petits papiers sur lesquels étaient écrits des mots en tamoul. Telle une chasse au trésor aux dimensions d’une ville, nous avons eu 3h pour trouver tous les objets et rejoindre le restaurant où nous devions nos retrouver pour dîner.

Cela a été l’occasion de se débrouiller pour prendre tout seuls des auto-rickshaw pour y aller. Au restaurant nous faisons la connaissance de Philippe Malet, Français expatrié en Inde et organisateur de notre voyage. Enfin nous sommes rentrés à l’hôtel pour dormir. Une nouvelle journée nous attend demain, dès 8h15.

 

Texte : Ambre Marcon

  


Jour 3 :

Par cette chaude matinée de mercredi, nous avons eu la chance d’être accueillis au lycée français de Pondichery. Nous y avons eu un échange d’une longue heure avec une classe de terminale ES, cette dernière s’est avérée être particulièrement petite, ne comptant que sept élèves. Au cours de cette discussion se sont dégagés de nombreux points communs entre ces étudiants et notre groupe, malgré un certain choc culturel, l’entente a été directe, et les affinités rapidement créés.

Thomas a même su se trouver un adversaire qui l’a défié lors d’un match de badminton. On a voulu garder leur contact, et avons promis d’échanger sur les réseaux sociaux. S’en est donc ensuivie la séparation, et nous voilà repartis dans notre bus, attisant des regards curieux. Au début du trajet, Vai (notre guide) nous a offert des Bindis (petites décorations fantaisies à coller entre les deux yeux) de multiples couleurs, nous faisant rayonner de mille feux.

Deux longues heures de sieste intense et d’admiration des paysages Indiens nous ont conduit à une mangrove de Palétuviers à Pichavaram. C’est à bord d’un modeste bateau que nous avons découvert la beauté de la nature Indienne, tout en étant à l’affût de quelconque serpent ou crocodile qui auraient, sans nul doute, été la proie de nos appareils photos !

Nous voilà alors repartis pour une longue attente à admirer rizières, champs et villages par le prisme des vitres de notre car. C’est au coucher du soleil que vint l’apogée de notre journée, la découverte du temple de Darasuram, inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco en raison des myriades de détails qu’il recèle. Nous avons d’ailleurs amplement profité de ce lieu pour détailler chaque incrustation murale, et les immortaliser par nos photos.

Enfin, pour se remettre de cette riche journée, nous avons accosté à un hôtel, à Tanjore, où nous avons royalement bien mangé. C’est alors déterminés à entamer une longue nuit de sommeil que nous rêvons de la journée de demain, commençant aux aurores et qui, je n’en doute point, sera emplie de merveilles nouvelles.

Texte: Louise Gontier


Jour 4 :

Un réveil aux aurores mais adouci par le buffet à volonté du petit déjeuner dans la grande salle du Lakshmi Hotel. Départ à 7h45, direction le temple de Brihadesvara, le « Big temple » de Tanjore. Au programme, visite guidée du temple par un professeur d’université local. Grâce à lui nous pouvons avoir la fierté de savoir prier le dieu à tête d’éléphant (Ganesh pour les intimes). Puis place au moment mérité suite à cette matinée, 2h30 de sieste dans le bus pour la majorité d’entre nous. Nous sommes arrivés aux alentours de 11h à la Shanthi School de SEVAI (l’école fondée par l’ONG que nous sommes venus soutenir) afin d’assiter à leur « annual day », qui est l’équivalent d’une immense fête d’école où tous les parents et proches sont présents afin d’assister à un spectacle de danse Tamoule. Nous sommes très bien accueillis : Colliers en tissu, troisième œil dessiné sur le front et des places réservées au premier rang ! Après 1h de spectacle nous sommes copieusement rassasiés par du personnel de l’établissement, tandis que les élèves sont toujours en train de danser sur la scène. Un peu plus tard dans l’après-midi c’est le moment de dire au-revoir à notre chauffeur de bus qui nous a accompagnés pendant les premiers jours. À présent nous resterons aux alentours d’Amoor, notre village de résidence. Avant de prendre le thé habituel de l’après midi, nous nous installons dans nos bungalows très colorés. Les moustiquaires des lits nous assurent de passer une très bonne nuit. En début de soirée, petit moment détente avec quelques parties de Loup Garou, tous ensemble. Enfin, le repas du soir est servi, suivi de la rencontre avec le directeur de SEVAI. Il est venu nous présenter les projets et les actions de l’ONG à l’aide d’une vidéo, en français s’il vous plaît !  Nous étions fin près à dormir après un nouveau temps passé ensemble.

 

Texte: Eleanore Songeon, Auberie Faizant, Lisa Courtade, Cleo Gallice, Alizee Traniello


Jour 5 :

 

Vanakkam

Vendredi 8 février, 5e jour depuis notre départ, 4e jour sur le territoire indien, deuxième jour à l’association SEVAI. Hier soir nous nous sommes installés dans le camp où nous resterons jusqu’à jeudi prochain, un lieu magnifique, très atypique de par ses multiples couleurs. Notre nuit de sommeil s’interrompt au petit matin par de gros bruit sur le toit en tôle du dortoir. Il s’agit temps fait des pas et des sauts des singes sauvages. Nous prenons notre petit-déjeuner, toujours avec le tchaï, du thé infusé dans du lait. Nous nous dirigeons enfin à l’école de SEVAI à Pettavaithalai. Nous sommes accueillis par une classe de filles âgées de 14 ans qui nous proposent un cours de yoga durant lequel nous apprenons le Surya namaskaram (la salutation au soleil). Nous aidons ensuite à déplacer un gros tas de sable qui servira recouvrir le sol de la cour.

Après l’effort, le réconfort. À table, évidemment, repas typique et copieux dans les feuilles de bananier. Nous nous habituons progressivement aux épices. Puis place aux émotions, visite des classes en commençant par les primaires qui se montrent d’une immense hospitalité. Les enfants nous accueillent en fanfare, tout sourire et pleins de questions ! IIs nous offrent des dessins. Nous avons aussi rendu visite aux collégiens, ceux-ci sont également très enthousiaste et ravis de nous recevoir. Nous échangeons des danses et des chants, nous leur montrons le kuduro et les élèves nous apprennent une danse traditionnelle indienne.

Suite à ces moments riches humainement et pleins d’émotions, nous nous rendons dans une fabrique de vaisselle en feuille de palmier à bétel, exemple de développement économique local solidaire. Nous y faisons quelques achats puis rentrons au camp, épuisés par cette journée chargée. Nous avons du temps libre jusqu’à l’heure du repas. Nous en profitons pour faire des lessives à la main. Suite à cela, une française qui vite en Inde depuis 40 ans nous explique les actions qu’elle mène avec SEVAI. Nous prenons le dîner puis chacun  regagne le silence de la nuit étoilée indienne.

Texte:..

 


Jour 6 :

 

Samedi 09 février 2019

Aujourd’hui, nous avons pris le petit déjeuner aux alentours de 08h00 puis le bus est venu nous chercher à 09h15 pour nous déposer à l’école de SEVAI. Une fois arrivés nous nous sommes mis au travail, comme la veille, nous avons continué à faire des tas de graviers et de sable. Nous participons en effet à la construction d’une dalle de ciment pour le préau de l’école. Pour nous faciliter la tache, nous avons fait une grande chaîne. Ces tas nous ont permis de faire du béton.

A midi le repas était prêt, nous avons eu plus d’une heure de pause pour nous reposer. Puis nous avons repris notre travail, tout enthousiastes. Pour nous encourager nous avons mis une enceinte et la musique. Nous sommes ensuite partis visiter une fabrique de tapis à base de paille. On a pu voir les différentes machines utilisées ainsi que le matériel.  On a pu commander des sets de table que nous récupérerons dans la semaine.

M. Farenda a enfin pu nous rejoindre après de nombreuses péripéties et nous avons passé la soirée ensemble.

Texte:..


 

Jour 7 :

En ce matin indien du 10 février, nous commençons la journée par notre rendez-vous matinal : petit déjeuner et briefing.
Nous organisons la kermesse de l’école sur nos organiserons le dernier jour à SEVAI et partons aussitôt pour le Rock-Fort Temple, vertigineux lieu de culte situé au cœur de Tiruchilapalli. Pour l’atteindre, nous gravissions 348 marches rouges et blanches.

Après avoir pris d’innombrables photos, nous continuons cette belle matinée par un shopping, afin d’acheter les lots pour la kermesse.
Nous nous dirigeons ensuite vers un restaurant au nom bien approprié de Banana Leaf pour un repas copieux et bien mérité.
Dans un début d’après-midi rayonnant, nous entrons au Sanatha (immense magasin de tissus et vêtements) pour acheter des saris et des blouses fantastiquement colorés. Nous sommes alors parés pour la fête de l’école le dernier jour à Sevai.
Après ces achats, il nous reste du temps pour acheter de quoi animer nos stands et profiter d’amasser encore quelques précieux souvenirs.
Cette journée riche en émotions se termine par un retour au village d’Amoor en toute tranquillité dans nos petits vans.

Texte:..


 

Jour 8 :

Ce matin, après le petit déjeuner, nous faisons par groupe une compétition de dessins sur le sol, très exactement des Kollams (plus connus sous le nom de Rangoli) ces figures géométriques complexes et colorées que les Indiens tracent tous les matins sur le seuil à l’aide de poudre de riz pigmentée. Les femmes du village composent le jury et votent pour le meilleur Kollam. Vers 10h30 une partie du groupe part en bus scolaire en direction de l’école afin de terminer le sol du préau. Tandis que 8 personnes restent à Amoor pour se reposer et préparer un « repas français » pour ce soir. En plus de nous régaler cela permet aux cuisinières de se reposer. Le groupe à l’école continue de déplacer le sable et le gravier, sous une forte chaleur, pour préparer le béton. Après une pause limonade et petits biscuits bien mérités, on se remet vivement au travail jusqu’à la pause déjeuner. Nous mangeons, comme d’habitude, sur une feuille de bananier et prenons le thé à la fin du repas. Comme St Louis nous manque (!) , nous assistons à quelques cours de mathématiques en milieu d’après midi. Voyant quelques élèves jouer au volley nous nous joignons à eux. Nous avons, sans surprise, perdu face à cette équipe de compétition ! Après quelques parties, nous repartons en bus en direction de nos logements. Les blagues et les karaokés tout le long du trajet nous ont permis de rester éveillé après cette longue journée. Après un petit temps dédié à la douche et au repos, nous dégustons le délicieux repas français digne d’un restaurant de luxe… hormis le fait que nous devons manger le poulet basquaise, le riz et la ratatouille sans couverts ! Enfin, nous finissons la journée avec quelques blind-tests et parties de Loup Garou comme à notre habitude.

Texte: Lisa Courtade


 

Jour 9 :

Notre aventure poursuit son cours au sein de l’organisation SEVAI. Aujourd’hui, nous nous divisons en deux groupes afin que certains s’occupent de cuisiner un repas indien traditionnel pendant que d’autre partent à l’école pour jardiner.

Le groupe qui reste au camps commence la journée par la visite de deux ateliers : l’un de poterie et l’autre de tissage au village même d’Amoor. Il nous semble important de préciser que Monsieur Dianea a glissé sur une bouse de vache et en voulant se rattraper, il s’est arraché une partie de l’orteil. Mais heureusement, il est toujours en vie. Parallèlement, le groupe parti à l’école s’occupe de planter des arbustes, des fleurs, et des graines de coriandre pendant la matinée. Ensuite, nous contribuons à l’entretien des arbres de l’école. En effet nous creusons des rigoles autour des arbres afin de maintenir l’eau pour une meilleure irrigation. Sur la route pour rentrer au camp, nous croisons un éléphant qui bloquait la route pour rançonner les voitures. Une fois rentrés, nous nous rafraîchissons avec l’eau froide de la douche. L’odeur alléchante du repas nous conduit vers la cuisine ou nous ne pouvons nous empêcher de piquer dans la pissaladière que le « groupe cuisine » prépare.

Avant de déguster le délicieux met qui nous attend, nous jouons à un jeu de piste que Mathilde a organisé. C’est dans une bonne ambiance que tout le monde participe.

Apres un bon repas, Vai nous invite à continuer la danse que nous préparons pour jeudi pour les enfants. Suite à cela, nous faisons deux parties de Times up. Puis nous nous rendons vers nos chambres pour passer une bonne nuit de sommeil avant que l’aventure continue

Texte: Clara Cadelano, Camille Taussac


 

Jour 10 :

Aujourd’hui, mercredi 13, nous avons scindé le groupe en deux. Le nôtre est resté sur le camp au village d’Amoor. A 10h nous sommes partis visiter deux fabriques non loin de chez nous, l’une de nattes et de briques et l’autre de poterie. Nous sommes rentrés peu de temps avant le déjeuner et quelques unes ont fait une lessive pendant que d’autres en ont profité pour se reposer. Après le repas, des jeunes femmes se sont proposées pour nous faire ce que l’on désirait tant des tatouages au henné sur les mains.

Jusqu’à 16h, sous une chaleur tropicale, nous nous sommes pratiquement tous assoupis. Le second groupe est arrivé, eux aussi ont fait l’expérience du « henné » qui malheureusement fut moins glorieuse pour eux ! À en fin d’après-midi, c’est à notre tour de cuisiner. Nous nous sommes mis au travail, c’est-à-dire aux fourneaux : chapatis, riz et poulet façon Chettinad. Rochers cocos en dessert pour la petite touche française. Le repas étant fini nous avons répété studieusement notre chorégraphie pour la kermesse de demain. Cette petite journée nous a fait du bien et nous sommes prêts pour celle de demain, qui s’annonce chargée et pleine de partages.

Texte: Lisa Imbert


 

Jour 11 :

En cette matinée indienne, nous dégustons ce doux moment du réveil et faisons une mise au point des dernières informations concernant cette prometteuse journée de fête à l’école de SEVAI. Ensuite nous commençons à préparer le nécessaire pour de la kermesse sur nos avions préparée. Une fois l’intégralité du groupe dans les cars, nous avançons vers le moment fatidique, le moment tant attendu de cette journée, la fête de l’école précédé de l’habillage en saris. Des indiennes nous aides donc à revêtir nos tenues ainsi qu’à nous mettre en valeur en nous maquillant et nous coiffant. Après un agréable temps de préparation, nous nous dirigeons vers le lieu du spectacle.

Nous nous installons ensuite au centre de la foule entre de jeunes étudiants de l’École de SEVAI, et prenons un immense plaisir à contempler les danses colorées que les élèves nous offrent. Enfin, vient notre tour de danser, entre chaleur et appréhension, nous nous lançons finalement dans une danse folle pour éblouir petits et grands. Suite à ce moment intense, nous prenons quelques minutes pour nous photographier en sari. Après un rapide déjeuner, nous installons les stands pour la kermesse. Une fois les derniers détails réglés, nous accueillons les enfants et tentons de les amuser afin qu’ils passent un excellent moment.

Après avoir profité des divers stands, les enfants se voient offrir de petits cadeaux et repartent chez eux le sourire aux lèvres. Durant le reste de l’après-midi, nous passons de bon moments tous ensembles en jouant avec quelques seaux d’eau ! Finalement, après un bon repas bien mérité, nous chantons une chanson à l’attention de Vaï, notre merveilleuse guide et brocardons monsieur Dianea, réputé pour ses blagues à répétition.

Puis vient le moment plus profond où nous partageons ensemble toutes nos impressions sur ce sublime voyage qui restera gravé en nous. Nous profitons de notre dernière soirée passée à Amoor…

Texte: …