Le conseil d’école

CONSEIL D’ETABLISSEMENT ST LOUIS – STE MARIE
Amphithéâtre St Louis, 13 Décembre 2016

Mme SOUSTELLE a pris la parole à 17h30 et ouvert ce premier Conseil d’Etablissement de l’année scolaire 2016-2017.
Dans cette optique, Mme la Directrice a évoqué le temps de partage vécu le matin même en l’Eglise St Laurent Imbert de Marignane en présence du Père Patrick de Fleurian, d’Evelyne et de Marie (responsables de l’équipe pastorale), des enseignants, des enfants mais aussi de leur famille. En cette période de l’Avent, ce moment s’est révélé particulièrement précieux pour tous.

Mme SOUSTELLE a tenu par la suite à remercier l’ensemble des personnes présentes et tout particulièrement M. RASTOIN, Président de l’OGEC (Organisme en charge du fonctionnement et du financement des établissements) et M. LECLERCQ Stéphane (Responsable de la restauration pour les deux sites) tout en excusant l’absence de M. CHARTON (Président de l’Association des parents d’élèves -APEL-).

Mme la Directrice a présenté ensuite l’ordre du jour et le déroulé du présent Conseil à savoir essentiellement les questions liées au système de restauration à travers les étapes suivantes :

1. Ouverture par le Père Patrick de Fleurian
2. Présentation du système de restauration et questions à M LECLERCQ
3. Présentation des actions pastorales effectuées et à venir par Evelyne FAUQUE,
4. Questions éventuelles à M RASTOIN sur l’organisation et le fonctionnement des établissements
5. Temps de parole dévolu aux parents délégués,
6. Clôture du présent conseil aux alentours de 18h45 au regard des obligations de la Direction et du Président de l’OGEC (tenue d’un Conseil d’Administration).

1 – Introduction du Père Patrick de Fleurian
Comme à l’accoutumée et eu égard à notre spécificité d’école catholique, la parole a donc été donnée, dès l’ouverture, au Père Patrick de Fleurian ; lequel a tenu à saluer la « sagesse exemplaire » dont avait fait preuve l’ensemble des élèves lors de la célébration le matin même en l’Eglise St Laurent Imbert.
Souhaitant ce soir s’exprimer sur Noël sous un autre angle, le Père Patrick de Fleurian a souhaité évoquer la parabole du Bon Samaritain.1

1 Parabole du bon Samaritain (Luc 10.25-37) : « Un professeur de la loi se leva et dit à Jésus pour le mettre à l’épreuve : « Maitre, que dois-je faire pour hériter de la vie éternelle. Jésus lui dit : « Qu’est-il écrit dans la loi ?
Qu’y lis-tu ? ». Il répondit : « Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton coeur, de toute ton âme, de toute ta force et de toute ta pensée, et ton prochain comme toi-même. » « Tu as bien répondu, lui dit Jésus. Fais cela et tu vivras ». Mais lui, voulant se justifier, dit à Jésus : « Et qui est mon prochain ? » Jésus reprit la parole et dit : « un homme descendait de Jérusalem à Jéricho. Il tomba entre les mains de brigands qui le dépouillèrent, le rouèrent de coups et s’en allèrent en le laissant à moitié mort. Un prêtre qui, par hasard, descendait par le même chemin vit cet homme et passa à distance. De même aussi un Lévite arriva à cet endroit ; il le vit et passa à distance. Mais un Samaritain qui voyageait arriva près de lui et fut rempli de compassion lorsqu’il le vit. Il s’approcha et banda ses plaies en y versant de l’huile et du vin ; puis il le mit sur sa propre monture, le conduisit dans une auberge et prit soin de lui. Le lendemain (à son départ), il sortit deux pièces d’argent, les donna à l’aubergiste et dit « Prends soin de lui, et ce que tu dépenseras en plus, je te le rendrai à mon retour. Lequel de ces trois te semble avoir été le prochain de celui qui est tombé au milieu des brigands ? » « C’est celui qui a agi avec bonté envers lui », répondit le professeur de la loi. Jésus lui dit : « Va agir de la même manière, toi aussi ».

Elle nous invite à aller vers les autres, à s’approcher des autres. En effet, par cette fête de Noël, Dieu se fait proche de l’Humanité pour être à son écoute et lui montrer le juste chemin, celui qui sauve. Ce chemin, c’est également celui que l’on suit lorsque l’on fait la démarche de se rendre au sein d’un Conseil d’Etablissement car il convient en ce lieu de parler ensemble, de s’écouter les uns les autres.
Pour clore cette entrée en matière, le Père Patrick de Fleurian a tenu, dans la lignée du cheminement entrepris par les élèves le matin même en l’Eglise de Marignane, à proposer aux personnes présentes et désireuses de le faire, d’adresser une prière à Marie en récitant ensemble un « Je vous salue Marie » collectif.

Mme la Directrice a, ensuite, tenu à rappeler ou à informer l’ensemble des personnes présentes et notamment les primo participants que le conseil d’établissements était un lieu privilégié de paroles et d’échanges entre l’ensemble des partenaires de la communauté éducative (enseignants, personnels administratifs,..) et qu’il convenait d’y aborder les grandes orientations de l’établissement et non des individualités. Lieu d’échanges et non de décisions, le conseil d’établissement permet avant tout de mettre en exergue les préoccupations afin d’aboutir à une réflexion plus approfondie in fine. Il permet essentiellement de remettre l’enfant au centre des préoccupations.

M. LECLERCQ Stéphane, Responsable du service de Restauration pour la société Sodexo a pris la parole.

2 – Le service de Restauration : Présentation et questions
Responsable de la restauration pour les deux établissements, M. LECLERCQ coordonne deux équipes distinctes en raison des deux sites.
Outre les trois services (maternelle, primaire, collège/lycée), M. LECLERCQ a mentionné l’instauration de deux bains-marie au sein de chacun des établissements dans le but que les enfants puissent se resservir « à volonté » tout en les sensibilisant au gaspillage.
Un parent délégué est alors intervenu afin de déplorer la fréquence trop importante des aliments de type « friture », sucreries et gâteaux proposés aux enfants et notamment, aux plus petits. A cette problématique, le responsable de la restauration a mis en exergue le fait que par nature, les enfants se dirigeaient davantage vers les féculents et « fritures » que vers les légumes alors que les deux étaient systématiquement à leur disposition. A titre informatif, M. LECLERCQ a indiqué que sur ce seul repas de midi, 55 kg de féculents avait été cuisinés et proposés contre seulement 15kg pour les légumes ; dont une partie a été jetée à la poubelle.
Une enseignante de la classe de CM2 de Ste Marie a ensuite fait part des observations remontées par ses élèves eux-mêmes concernant le temps de repas du midi. Il en ressort que les enfants révèlent être particulièrement gênés par le bruit et manquer de visibilité sur les plats chauds servis. En effet, il semblerait que l’affiche en format A4 présentant chaque jour le menu soit rendue illisible de par la présence de la buée générée par le chauffage des plats. Il faudrait améliorer l’affichage des menus avec une police plus importante. Concernant le niveau sonore, Mme SOUSTELLE a indiqué être intervenue au sein des classes au cours de la précédente année scolaire afin de sensibiliser les enfants tout en reconnaissant que comme tout travail de sensibilisation, il était à rééditer fréquemment pour ne pas être oublié. Mme la Directrice a affirmé que ce sujet devait faire l’objet d’une vraie réflexion avec les élèves et qu’il serait intéressant qu’il soit soulevé au sein de la Commission de cantine » instaurée par l’APEL afin de déterminer s’il serait opportun de désigner un chef de table (si oui, par qui : élèves, enseignante ?), d’imposer des règles de restauration plus strictes et/ou s’il fallait davantage se concentrer sur la façon dont gérer les plus grands une fois leur repas terminé, ,….A noter que cette Commission n’est pas spécifique au premier degré et qu’elle concerne tous les élèves jusqu’au lycée. Les deux personnes siégeant à la Commission de restauration ont d’ailleurs été invitées par M. GUILLAMO et Mme SOUSTELLE à assister à un repas au sein de chacun des établissements afin de se forger une idée plus précise des conditions de restauration de nos enfants.
Mme la Directrice a mis en exergue toute la difficulté à gérer, encadrer ce temps de pause du midi dans la mesure où c’est un temps particulièrement restreint, où le timing est serré ne permettant pas de fait l’observation des besoins de chaque enfant. Il conviendra par conséquent d’y réfléchir avec les enfants et bien évidemment de les sensibiliser.
Un délégué de parent d’élèves a évoqué l’existence d’une salle sur le site de Ste Marie qui serait attenante au réfectoire et qui serait parfois rendue accessible aux élèves ; laquelle permettrait de faire profiter les enfants de plus d’espace et donc de plus de calme sur ce temps de pause. La Direction ainsi que M. LECLERCQ ne se sont pas opposés à une utilisation de cette salle mais se sont réservés le droit d’étudier la disposition des lieux avant toute décision.
La question de l’origine de l’élaboration des menus et plus particulièrement, l’équilibre alimentaire, a ensuite été abordée. M. LECLERCQ a indiqué que les menus étaient
conçus de manière nationale par des professionnels de l’alimentation situés sur Paris. Toutefois, il a reconnu que les menus étaient, par nécessité d’approvisionnement notamment, adaptés en fonction des régions et des matériels disponibles au sein de chaque établissement.
En effet, il faut tout de même prendre conscience du fait que tout est fabriqué sur place et ce, pour chacun des établissements. Seules les matières premières sont acheminées quotidiennement.
Avant de clore son intervention, M. LECLERCQ nous a informés du lancement tout prochainement d’une campagne de lutte contre le gaspillage qui allait être menée dans nos écoles. A ce titre, les déchets des élèves seront pesés en fin de repas et le poids des aliments gaspillés et donc jetés leur sera communiqué par semaine. Ce poids sera également symbolisé en coût d’un repas afin que cette expérience leur soit plus parlante.
Enfin, inquiet de voir ce temps de pause du midi transformé en temps de silence comme évoqué de prime abord, un délégué de parent d’élèves a souhaité que soit plutôt préférées des méthodes d’insonorisation du réfectoire et notamment, des plafonds. Mme SOUSTELLE a tenu à rassurer l’ensemble de l’assemblée en précisant que dans tous les cas, ce temps de restauration demeurerait un moment de détente, de convivialité et qu’il s’agissait davantage de travailler sur « l’excès de convivialité » et donc sur l’excès de bruit avant de laisser la parole à Evelyne.

3 – La vie pastorale au sein des établissements
Evelyne a débuté son intervention en nous présentant les actions pastorales de ce début d’année scolaire puisque le rassemblement du 18 octobre dernier en présence du Père Patrick de Fleurian au sein de la cour du site de Gignac-la-Nerthe a marqué sans nul doute cette nouvelle rentrée pour l’ensemble des élèves des deux établissements. Intitulé « Jésus nous invite », tous ont répondu présents à cette invitation pour un « joli moment de partage, baigné de Lumière ».
Puis, Evelyne a tenu à nous présenter l’affiche de remerciements réalisée par l’Association ACTION CONTRE LA FAIM ; association pour laquelle nos enfants avaient couru au printemps dernier dans le cadre de l’action intitulée « La course contre la faim ». La responsable de l’association n’ayant pu intervenir elle-même auprès des élèves le 8 décembre dernier en raison d’un impondérable technique, cette dernière reviendra en janvier prochain pour expliquer aux enfants ce que leurs actions ont pu générer comme montant récolté. A travers cette course, les enfants ont donné toute leur énergie mais aussi tout leur coeur.
Dans cette optique, Evelyne nous a invités à partager la fierté qu’elle ressentait pour nos enfants ainsi que pour les équipes pédagogiques et la Direction pour leur investissement
et leur engagement qui a été une première nationale pour l’association à savoir la participation d’élèves de maternelle au sein de la course.
Evelyne a ensuite indiqué que, comme l’année passée, une opération « Bol de riz » allait être organisée ; action au cours de laquelle parents, enfants et équipes pédagogiques pourront se retrouver dans la cour récréative de leur établissement afin de partager un bol de riz et un fruit. Ainsi, le montant des repas sera versé à des associations dont les dénominations seront dévoilées ultérieurement.
Enfin, Evelyne a évoqué avec bonheur, sa joie d’avoir vu parents et enfants prier le matin même autour de « Marie, la belle et si douce Marie » lors de la célébration de Noël à l’Eglise St Laurent Imbert et nous a informés du fait que notre Archevêque, Monseigneur Christophe DUFOUR procédera à une visite de nos établissements et rencontrera nos enfants tout prochainement.
Pour clore son intervention, Evelyne a tenu à remercier les parents ayant participé à l’opération de récolte de « Jouets » destinés à la paroisse de Marignane et à l’Association Secours Catholique et Secours Populaire de Châteauneuf-les-Martigues tout en nous informant du fait qu’il était désormais temps de clore cette action afin que les associations puissent organiser leur distribution. Toutefois, d’autres opérations de ce type seront reconduites au cours de l’année scolaire.
La parole a ensuite été donnée à une représentante de l’APEL par Mme SOUSTELLE.

4 – Présentation de l’Association des Parents d’Elèves (APEL)
M. CHARTON étant absent, c’est donc la trésorière adjointe de l’APEL qui a pris la parole afin de nous présenter en quelques mots l’Association de parents d’élèves présente au sein de nos deux établissements à savoir, l’APEL.
Répondant à un besoin devenu urgent de se restructurer devant une perte de vitesse croissante du rôle de cette association, un nouveau Conseil d’administration d’une trentaine de personnes a nouvellement été élu.
Loto, soirées, kermesse, sont autant d’actions sur lesquelles l’APEL est en cours de réflexion afin de pouvoir financer de plus amples projets. Toutefois, les contraintes de sécurité liées au plan Vigipirate en vigueur à l’heure actuelle sur l’ensemble du territoire imposent de nouvelles variables qui doivent être prises en compte dans l’organisation de tels événements.
Enfin, il est important de noter que, ces dernières années, l’APEL a participé activement au financement de classes de découverte, de projets artistiques et autres sorties scolaires.

5 – Questions des parents délégués
Faisant suite à l’interrogation d’un parent délégué, M RASTOIN, Président de l’Organisme de Gestion de l’Etablissement Catholique (OGEC) nous a informés du fait que l’ensemble des classes de maternelle du site de Marignane allait être équipé de la climatisation ; cet aménagement ayant été inscrit dans le prévisionnel. En revanche, en ce qui concerne les classes de primaire, cet investissement n’a pas encore été prévu. Toutefois, M. RASTOIN a indiqué que les plafonds avaient été refaits à neuf pour un gain d’isolation de 30%. Pour M. RASTOIN, deux éléments justifiaient le fait que le site de St Louis soit équipé en priorité de la climatisation : la première étant que les classes concernées sur le site de Gignac étaient situées dans des préfabriqués dont l’isolation était quasi inexistante et la seconde réside dans le fait que nous avons profité d’un important chantier imposé par les nouvelles normes d’accessibilité handicapés, pour réaliser cet investissement complémentaire.
Concernant l’accessibilité aux personnes handicapées et plus particulièrement, le stationnement aux abords de l’établissement St Louis, il a été remonté par un parent délégué qu’une place « handicapée » avait été neutralisée par l’application des consignes du plan Vigipirate. M RASTOIN a indiqué qu’eu égard à la configuration des lieux, il était compliqué de pourvoir aux différentes obligations : accessibilité, plan Vigipirate, accessibilité facilitée pour les pompiers, trottoir appartenant à la commune… mais que tout était mis en oeuvre pour garantir la sécurité des élèves et de l’ensemble des personnes dans les meilleures conditions possibles. Un parent d’élèves a dit regretter que la place située sur le site de St Louis situé de l’autre côté de la route ne soit pas plus clairement matérialisée comme dévolue aux personnes handicapées (pour précision, cette aire de stationnement appartient à l’établissement). A cet égard, rappelons que même si la matérialisation de couleur bleue n’est plus obligatoire, il en va de la responsabilité de chacun de respecter les emplacements de stationnement dévolus aux personnes handicapées.
De plus, concernant les règles de stationnement, rappelons, il est utile de le faire pour le site de Ste Marie, qu’il est formellement interdit sur les emplacements de bus situés le long de la clôture et ce, toute la journée en raison, là encore, de l’application du plan Vigipirate. Il est également strictement interdit sur le rond-point et sur la route conduisant à l’Envol. Le rôle de gendarme ne faisant pas partie des fonctions du personnel enseignant et devant la difficulté d’obtenir des effectifs de police aux abords de l’établissement malgré des demandes répétées de la part de la Direction, il apparait particulièrement important que chacun prenne conscience de l’importance de modifier son comportement. S’il a été évoqué l’intervention d’une « personne reconnue, validée et respectée » auprès des parents « indisciplinés », Mme SOUSTELLE en appelle avant tout à la vigilance et à la compréhension de chacun. En effet, pour la sécurité de nos enfants, il est impératif que chaque parent fasse preuve de civisme et respecte cette règle rappelée déjà à plusieurs reprises depuis son entrée en vigueur. Et ce, ne serait-ce que par cohérence de ce que nous, parents, exigeons de nos enfants : respectons les règles et servons-leur de modèle. A cette fin, il est important de se rendre compte que même si les conditions de stationnement ne sont pas idéales à proximité des deux établissements, que si les entrées et sorties des élèves sont toujours des moments « compliqués » à réguler dans la vie quotidienne d’un établissement, certaines écoles comme celles d’Aix-en-Provence par exemple ne comptabilisent aucune aire de stationnement !
Mme SOUSTELLE a tenu à remercier l’ensemble des équipes (enseignants, personnels administratifs et de restauration…), le Père Patrick de Fleurian, M. RASTOIN et a souligné le fait que ces conseils constituaient des temps de rencontres et d’échanges importants même s’il n’en ressortait pas toujours des solutions évidentes. Cela permet dans tous les cas d’étudier les différentes observations et de remettre véritablement l’enfant au coeur de l’école pour être une vraie force de proposition.
Le prochain conseil rassemblera les représentants de l’ensemble scolaire, le troisième pourra avoir comme ordre du jour, le projet de l’enseignement catholique « Réenchanter l’école » en faisant du « JE » individuel, un « NOUS » collectif.
Mme la Directrice a clos ce conseil en adressant ses meilleurs voeux aux enfants et à leurs familles pour les fêtes à venir, nous souhaitant un bon repos pour une rentrée en pleine forme dans la sérénité et dans la joie de cette nouvelle année.
Mme SOUSTELLE a terminé en abordant le bulletin numérique, lequel est actuellement en phase de test au sein de nos établissements ; ceci expliquant les tâtonnements et retards de publication. A noter que ces derniers seront disponibles à la visualisation et à l’impression dès janvier.

Clôture du présent conseil à 18H25.