Témoignage

Bonjour je m’appelle Camille, j’ai 14 ans et je suis « dys ».
Attention je ne suis pas schizophrène on n’est pas dix dans ma tête quoique des fois… Bon oublions ça, ce que je voulais dire c’est que je suis « dys » dans le sens dysorthographique et dyslexique.

Cela signifie que quand je suis en cours d’anglais, français, espagnol, music ou encore histoire-géographie et éducation moral et civique… Ouh là c’est long à dire cette matière, bon dans ces cours, là je prie pour ne pas être interrogée, car j’ai peur de me tromper, comparée à tous les autres élève qui vous récitent le cours d’il y a 3 ans par cœur.

Bon mais quand je sais la réponse à la question et que personne ne la sait, vous savez ce que je fais : je ne dis rien, non je ne dis rien car j’ai peur mais vous ne savez pas à quel point !
Je vais jusqu’à remplir une bouteille d’un litre et demi, rien qu’avec mes mains qui transpirent.
Bon ! Revenons sur la dyslexie, un mot bizarre non ?
Moi j’ai toujours trouvé que c’était bizarre, et quand un élève me demande :

« Pourquoi t’étais pas là » en culture religieuse ?
Moi, je réponds «  J’étais en salle tremplin », car je suis « dys », et j’ai besoin d’une heure où je travaille ce que je n’ai pas compris. »
Et après… expliquer ce qu’est la dyslexie… je rêverais d’être comme vous, vous savez quand vous étiez jeune que vous étiez au collège, vous appreniez vos leçons et c’était bon ! Le lendemain on se souvient de tout pour le contrôle.
Alors que moi !… Je révise et le lendemain, j’ai oublié la moitié des choses donc avant de rentrer en cours je révise à fond, je me transforme en une Ferrari pour tout savoir avant que la sonnerie qui annonce l’arrivée du contrôle tant redouté, sonne.

Maintenant parlons de grands noms de la dyslexie.
Savez-vous que Steven Spielberg ? Était dys ainsi que Albert Einstein, Léonard de Vinci.
On peut voir que la dyslexie, n’a pas empêché ces personnes d’être célèbres et connus donc, ce n’est pas un handicap ! Alors si cela se trouve un jour, je serais connue comme ces personnes que j’admire et respecte.

Pour finir je pense que être « dys », ce n’est pas un malheur mais un don que je vais honorer car je suis fière d’être une personne « Dys » avec un grand D comme Déterminée.